Tout à propos du TOEFL pour étudier aux États-Unis

Étudier dans des universités prestigieuses est le rêve de beaucoup d’étudiants. Que ce soit à travers une opportunité de bourse ou un financement personnel, les exigences pour étudier dans de telles universités sont nombreuses, parmi lesquelles des tests d’aptitude linguistique. L’une de ces exigences est le TOEFL.

Un excellent score au TOEFL ne vous garantit pas seulement une meilleure chance de voir votre rêve se réaliser, mais il vous ouvre également la porte de plusieurs universités qui, dès fois, sont prêtes à vous offrir une bourse. Cependant, il n’est pas étonnant de voir que le TOEFL est méconnu, surtout chez moi au Togo. Beaucoup s’y mettent très tardivement, délai qui les conduit généralement à perdre une année d’études ou à rater d’excellentes opportunité.  Et si on allait à la découverte du test ?

Qu’est-ce que le TOEFL ?

Le « Test of English as a Foreign Language » ou TOEFL est un test international Américain qui évalue vos compétences en anglais. Son équivalent pour les Anglais est « International English Language Testing System » ou IELTS. Plus répandu, accepté, ou exigé dans nombre d’universités dans le monde, plus précisément aux Etats Unis d’Amérique, le TOEFL peut également vous aider dans le monde du travail, quand on sait que l’anglais est la langue de travail dans la majorité des organisations internationales.

Il faut noter que le TOEFL est basée sur les réalités et la vie à l’université. Les acteurs principaux sont des étudiants et le personnel universitaire, les professeurs en particulier. La toute première version est le PBT (Paper-Based Test) qui se fait sur une feuille.

Au fil des années, nous sommes passés au Computer-Based Test où vous devez vous servir d’un ordinateur pour passer le test. Depuis 2005, la version la plus connue et répandue est le IBT (Internet-Based Test), qui requiert un ordinateur avec des casques et une bonne connexion internet pour passer le test en ligne.

Le TOEFL et nos tests classiques au Togo

Si vous êtes un Togolais et que vous entendez dire que le TOEFL est un test en anglais, surtout ne commettez pas l’erreur de croire qu’il ressemble à nos tests d’anglais classiques ; il n’y a pas de ‘Fill in the gaps’ au TOEFL.

Pour le symbole, nos tests habituels sont une tour de 10 étages, le TOEFL serait un gratte-ciel à 100 étages. Il est colossal mais pas insurmontable.  A l’aide des vidéos en ligne, vous pouvez même vous auto-former ; mais si vous avez un instructeur, un très bon, la tâche est vraiment plus légère.

Le test est composé de quatre sections. La première est le ‘Reading Comprehension’ qui juge votre capacité à traiter un texte, à en comprendre le sens et à l’intégrer à vos connaissances afin de répondre à des questions. La deuxième est le ‘Listening’ qui teste vos compétences à l’écoute et à la compréhension des mots sonores.

La section suivante est le ‘Speaking’. Ici, on évalue vos aptitudes à l’oral. L’étape finale du TOEFL est le ‘Writing Section’ qui évalue vos capacités rédactionnelles. Vous comprenez maintenant pourquoi des universités et des institutions privilégient le TOEFL au lieu d’une simple attestation de cours d’Anglais.

Quelle section est la plus facile ?

Voici une question que beaucoup posent lorsque vous parlez des quatre sections du TOEFL. Parce nous n’avons pas les mêmes aptitudes que ce soit en rédaction, à l’oral, à l’écoute ou en compréhension de textes, il est difficile de dire que telle ou telle section est plus facile et même si une section l’était, ce ne serait pas pareil pour tout le monde.

Néanmoins, je peux vous dire que la section sur la compréhension de textes me semble plus abordable, à mon humble avis. Lorsque l’on vous montre les techniques à appliquer dans cette section, vous devez pouvoir vous en sortir plus facilement si vous étudiez la liste des mots et expressions du TOEFL, vous pouvez plus aisément lire les trois textes et répondre à la quarantaine ou cinquantaine de questions en soixante ou quatre-vingt minutes. Ça promet non ?

Avant l’introduction du TOEFL IBT, je dirais que la section sur la rédaction semblait plus facile. Mais actuellement cette section comporte l’une des bêtes noires du TOEFL : le listening, qui exige une certaine familiarisation aux divers accents linguistiques.

Le ‘Writing Section’, lui, a deux parties avec le nouveau format. Il y a la partie dénommée ‘Independent Writing’ où on vous donne un sujet isolé pour rédiger un devoir en une trentaine de minutes. Cette partie est sans doute la plus facile, si on vous coache sur comment rédiger et présenter votre devoir. La deuxième partie est le ‘Integrated Writing’. Ici, par exemple, vous devez d’abord lire un texte et prendre des notes en trois minutes, et ensuite écouter un enregistrement une seule fois et prendre également des notes. C’est à la suite de ces deux activités qu’on vous soumet un sujet. Vous devez alors vous servir des notes que vous avez prises dans les deux activités pour rédiger votre devoir en vingt minutes. Avez-vous identifié le piège ? Surement ! Puisque vous allez écouter l’enregistrement une seule fois, si vous n’arrivez pas à prendre de bonnes notes ou retenir l’essentiel vous aurez une mauvaise note dans cette section qui dure environ cinquante minutes.

Tout comme le ‘Writing Section’, le ‘Speaking Section’ comprend deux activités, et devrait être assez abordable si la même bête noire n’y figurait pas. Ces deux activités qui sont la compréhension et l’oral sont divisées en quatre questions. Par exemple, on vous donne un sujet. Vous avez quinze secondes pour préparer votre réponse et quarante-cinq secondes pour répondre. Votre réponse est enregistrée et sera notée. Cette section, malgré son aspect compliqué, ne l’est pas vraiment. Les candidats qui bénéficient de notre coaching s’en sortent bien.

La deuxième, quant à elle, est plus corsée. Comme dans la ‘Writing Section’, vous devez lire aussi des textes, écouter des enregistrements et prendre des notes dans les deux activités. Ces notes vont vous aider à répondre aux questions qui vous seront posées. Généralement, on vous demande de dire comment les enregistrements contredisent ou soutiennent l’idée ou les idées du texte, et vice-versa. Vous ne pourrez pas bien répondre si vous n’avez pris de bonnes notes, surtout dans le ‘listening’ ou si vous n’avez pas une bonne capacité de rétention.

La semaine prochaine, je vous proposerai les bêtes noires du TOEFL, les aspects qui intimident le plus et comment vous pouvez les surmonter.

Par Charles Akakpo. Interprète-traducteur certifié et formateur, il est boursier Mandela Washington Fellow 2016 et Visiteur International 2011

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
3.1 7 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
3 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Kadolphe

Très bon article. Merci

ADAM

très intéressant.

Tony

Merci pour ces pertinentes informations…. Et la formation ?? Elle peut se faire n’importe où ??

Articles liés

3
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x