Vous tenez à la démocratie ? Protégez la liberté de la presse.

Par Noelani Kirschner / Shareamerica

Cette année, la Journée mondiale de la liberté de la presse marque le 30e anniversaire de la Déclaration de Windhoek*, un texte créé et ratifié en 1991 par un groupe de journalistes africains lors d’un colloque de l’UNESCO à Windhoek, en Namibie.

La date de sa signature, le 3 mai, a été choisie pour la célébration de la Journée mondiale de la liberté de la presse.

Une démocratie solide encourage la liberté de la presse – une presse qui informe le public, permet à diverses voix de se faire entendre et responsabilise les dirigeants.

L’information abonde autour de nous – sur Internet, à la télévision et à la radio, et dans les journaux. Tant et si bien qu’on en oublie le rôle important des journalistes.

Aux États-Unis, la presse est parfois surnommée le quatrième pouvoir. Si l’exécutif, le législatif et le judiciaire sont les seuls pouvoirs légitimes du pays, le surnom de la presse reflète le rôle essentiel des médias quand il s’agit d’avoir l’œil sur les activités du gouvernement et sur ses responsables.

La presse s’acquitte d’un devoir important, celui d’informer le public. Elle aide la population à comprendre les procédés souvent compliqués du fonctionnement du gouvernement. Et elle lui explique comment les décisions, prises aux plus hauts échelons, peuvent l’affecter.

Affiche de l’UNESCO pour le 3 mai 2021

Les médias permettent aux gens de s’exprimer et contribuent à la diffusion d’opinions qui ne cadrent pas nécessairement avec celles des dirigeants au pouvoir. Quand la presse publie les points de vue de leaders de l’opposition, et qu’elle prend le gouvernement à partie dans ses éditoriaux, elle invite à l’expression de multiples opinions. Les leaders attachés à la démocratie n’apprécient probablement pas que leurs politiques soient critiquées en public, mais ils soutiennent le droit qu’a la presse de le faire.

Une presse libre sert aussi à veiller au bon fonctionnement du gouvernement, comme lorsqu’elle jette la lumière sur la corruption. C’est justement parce que la presse est indépendante du gouvernement qu’elle peut avertir le public quand ses dirigeants ne tiennent pas les promesses faites pour être élus.

Quand les journalistes sont menacés, agressés, censurés ou emprisonnés, la liberté d’expression de l’ensemble de la société est directement attaquée.

Une démocratie solide encourage la liberté de la presse. En revanche, un gouvernement qui se fait l’adversaire de la presse crée un climat dans lequel la crainte pousse les journalistes à s’autocensurer. L’antithèse même du climat « franc, robuste et ouvert à tous » nécessaire au débat des questions d’intérêt public, comme l’a fait remarquer William Brennan, un ancien juge de la Cour suprême.

Aux USA le désaccord des électeurs est un droit respecté

 Pour une presse libre, il faut un internet ouvert

À l’occasion du 3 mai et compte tenu de la transformation du monde des médias, l’UNESCO réaffirme les principes de la Déclaration de Windhoek selon lesquels l’information est un bien public, et elle appelle au maintien d’un internet ouvert et propice à la libre circulation de l’information.

Mais dans beaucoup de pays, les gens ont du mal à accéder à un internet ouvert.

La censure et la répression de l’internet prennent des formes variées. Les autorités de la République populaire de Chine (RPC) censurent régulièrement des mots, des phrases et des noms publiés sur internet, qu’elles considèrent anti-communistes ou anti-gouvernement. Elles limitent également l’accès à de nombreux sites web.

En outre, les coupures générales d’internet orchestrées par les gouvernements et les restrictions du réseau étouffent la liberté d’expression, notamment celle de la presse. Au Venezuela, le gouvernement se sert des coupures généralisées d’électricité et d’internet pour restreindre l’accès à l’information et limiter de potentiels troubles politiques.

À Cuba, les autorités ont réduit l’accès à internet dans le pays afin d’empêcher les journalistes et les groupes médiatiques indépendants de diffuser des informations sur la répression exercée par le gouvernement.

Des organisations comme Access Now et la Freedom Online Coalition* s’emploient à développer la liberté d’internet et le respect de la liberté d’expression pour tous dans le monde entier.

La Freedom Online Coalition est un groupe composé de 32 gouvernements, dont les États-Unis, qui soutient la liberté d’internet et s’efforce de protéger pour tous, et partout dans le monde, l’expression, le droit d’association et de réunion, et la vie privée en ligne.

« À l’heure où la répression d’internet s’accroît et où les questions de politiques qui y sont liées figurent parmi les dossiers mondiaux les plus intensément discutés, la coalition a un rôle essentiel à jouer dans la promotion des valeurs de la démocratie et des droits de l’homme en ligne », peut-on lire dans l’énoncé de sa mission*.

De son côté, l’ONG internationale Access Now* défend la liberté d’internet à travers le monde. Son rapport de 2020 intitulé Keep It On* [PDF de 6 Mo] documente 155 cas de coupures généralisées d’internet dans le monde, des mesures qui empêchent les citoyens d’accéder à l’information et à la presse libre.

La permanence téléphonique de l’ONG, assurée 24h sur 24, 7 jours sur 7, permet aux militants, aux journalistes et aux défenseurs des droits de la personne de n’importe quel continent (sauf l’Antarctique) de rapporter et de documenter la répression sur internet.

« Depuis ces 10 dernières années, l’éventail complet des droits de l’homme est maintenant activé, facilité et accessible grâce à internet, souligne Access Now. Nous sommes prêts à réfléchir aux nouvelles technologies au fur et à mesure qu’elles émergent, et à mettre en évidence ce qu’elles impliquent pour les droits de l’homme. »

*en anglais
Crédit photo de couverture: Département d’État/Doug Thompson

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Articles liés

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x